services

La technologie de liaison ICB (Impulse Current Bonding)

Découverte en 2016, cette technologie permet aujourd’hui de lier différentes variétés de verres aux métaux tels que les aciers inoxydables, le titane médical et des alliages supraconducteurs. L’ICB permet également de lier des céramiques techniques aux métaux.

Cette découverte a été initiée dans le cadre d’un projet CTI entre la HE-Arc et un groupe de haute horlogerie suisse pour apporter une solution et une innovation dans la problématique de l’assemblage. Il s’agit d’une technologie novatrice dite de rupture; elle permet une liaison parfaite au niveau atomique entre les substrats et s’affranchit donc de l’utilisation de colles, de brasures ou tout autre liant.

Cette méthode de jonction, baptisée ICB, fait son entrée dans le groupe des assemblages microtechniques de haute technologie (bonding in microsystem technology) et offre de toutes nouvelles alternatives aux techniques traditionnelles de l’anodic bonding ou du direct bonding. La nouvelle technologie ICB est un procédé basse température qui permet de lier des matériaux dont les coefficients de dilatation sont très différents. Peu sensible aux poussières et à l’état des surfaces, ce processus de liaison entre les substrats se fait actuellement en milieu industriel et s’affranchit ainsi non seulement d’un environnement contrôlé mais également de l’étape du polissage.

Des applications multiples

L’ICB concerne toutes les entreprises qui assemblent verres ou céramiques aux métaux. Ainsi, la portée de l’assemblage ICB est illimitée et trouve sa place non seulement dans les secteurs de pointes tels que l’aérospatial ou le biomédical mais également dans la fabrication de biens plus communs.

Le marché de la technique du verre

Traditionnellement, les assemblages de verres sont réalisés par collage ou par utilisation de caoutchouc. Dans les deux cas, on constate inexorablement une dégradation du polymère sous l’effet du rayonnement UV, mais également une dégradation chimique due aux produits d’entretien. Il en résulte une détérioration souvent rapide des matériaux et une prolifération de bactéries et de champignons allergènes. Ce phénomène devient problématique, en particulier dans les salles d’eau.

D’un point de vue microbiologique, la liaison ICB s’impose grâce aux propriétés suivantes:

  • Elle est parfaitement étanche
  • Elle est totalement homogène
  • Elle résiste aux produits de nettoyages et aux produits désinfectants
  • Réalisée à basse température, elle ne modifie pas la résistance à la corrosion des aciers inoxydables
  • Elle conserve toutes ses propriétés sur le long terme

Le marché des biotechnologies

SY&SE propose de lier les matériaux usuellement utilisés dans les secteurs biomédicaux et les secteurs pharmaceutiques. L’acier 316L, le titane médical, le verre sont des matériaux privilégiés dans ces environnements.

D’un point de vue biotechnologique, l’intérêt de l’ICB repose sur le fait que la liaison obtenue résiste aux cycles d’exposition suivants:

  • Elle supporte l’exposition au gaz toxique en phase plasma
  • Elle supporte l’étuvage
  • Elle résiste aux rayons UV X et à la désinfection à l’alcool